draguignan20191En ce vendredi 23 août, jour du 75ème anniversaire de la libération de la ville, une importante délégation conduite par le Maire, Robert Bénéventi, s'est rendue au cimetière Américain Rhône de Draguignan, pour rendre hommage aux soldats qui ont payé de leur vie le débarquement en Provence des troupes alliées le 15 août 1944.

Créé en août 1944 par le Docteur Angelin German, lors de la Libération de Draguignan par le 551ème Bataillon américain, le cimetière Américain Rhône est un site de 5 hectares où sont rassemblées les sépultures de 861 soldats Américains, dont 60 inconnus, morts durant les combats de 1944 lors de « l'Opération Anvil Dragoon ». Un mur des disparus comporte le nom de 294 Américains dont les corps ne furent jamais retrouvés ou identifiés.

Conduite par le premier magistrat Ollioulais la délégation comprenait de nombreux élus du Conseil Municipal, du Conseil Municipal des Jeunes, la Lieutenant-Colonel de réserve opérationnelle de l'armée de l'air, Brigitte Labatut Chabaud, les représentants du Comité d'Entente des associations patriotiques, des porte-drapeaux, le Colonel Carpentier président de la Société des Membres de la Légion d'Honneur, Mme Arlette Boyer, présidente du Souvenir Français, comité de Sanary et Miss Ollioules, Marie-Jeanne Carraz.

A leur arrivée à l'entrée du cimetière les participants ont été accueillis par Mme Christine Premoselli 1ère adjointe, représentant M Richard Strambio, maire de Draguignan, ainsi qu'Elise Van Riet guide interprète, . Sous la conduite de Jacques Thimoléon, maire adjoint honoraire et maître de cérémonie, ils se sont dirigés vers «l'Ange de la Paix », gigantesque sculpture qui domine le site soigneusement entretenu, planté de cyprès et d'oliviers où sont implantées les croix blanches des 861 sépultures.

Après le dépôt d'une gerbe au nom du Conseil Municipal de la ville et celle du conseil municipal des jeunes, Monsieur le Maire Robert Bénéventi a rappelé dans son discours tout l'attachement et la reconnaissance de la population ollioulaise à ces «enfants d'outre atlantique» venus délivrer notre pays et payer le prix fort pour ce sacrifice.

Le maire évoqua aussi la mémoire de Will Largent, un ami américain, citoyen d'honneur de la ville d'Ollioules. Cet opérateur radio mitrailleur sur un avion « Maraudeur » avait appartenu à un groupe de bombardement basé en Sardaigne qui intervenait régulièrement sur l'Afrique du nord, l'Italie et le sud de la France. Au mois d'août 1944, au cours de sa 59ème mission dont l'objectif avait été de déterminer des emplacements d'artillerie allemande, son appareil fut abattu par la flak allemande au-dessus de Toulon et perdit son moteur droit. Will Largent sauta en parachute de 4.000 mètres au-dessus des gorges d'Ollioules et fut grièvement blessé en touchant le sol. Dissimulé par l'épaisse végétation, il échappa à la capture et fut récupéré un peu plus tard par des résistants ollioulais qui le cachèrent dans une grotte. Malheureusement ses blessures s'infectèrent, les partisans durent l'abandonner près d'un hôpital de campagne allemand après avoir prévenu les alliés qu'un aviateur américain avait été retrouvé.

Il était alors le seul soldat allié hospitalisé, et on le plaça sous bonne garde dans une chambre particulière car bien des soldats allemands n'auraient pas hésité à l'achever. Mais peu après, en raison de l'avance des troupes alliées, Will Largent passa de l'état de prisonnier à celui de gardien lorsque fin août, l'Amiral Karl Erlich en personne lui rendit son épée et lui confia la garde des 93 malades et de l'équipe médicale de son hôpital. En 1984 Will Largent vint à Ollioules retrouver ses sauveurs Ollioulais et fut fait citoyen d'honneur de la ville. En Mai 1985 il est d'ailleurs lui aussi venu se recueillir au cimetière Américain avec son fils.

A l'issue de son allocution le maire rappela qu'« aujourd'hui, les Etats-Unis, la France et l'Europe sont à nouveau engagés auprès des peuples opprimés. Le terrorisme fondamentaliste sévit dans de nombreux pays du monde en faisant de nombreuses victimes et en privant les peuples de ces pays des libertés essentielles. Nous sommes horrifiés par le lâche assassinat d'un journaliste américain... Dans ces heures sombres pour la liberté du monde, toutes les démocraties du monde se sentent, comme après le 11 septembre, intimement liées au destin de l'Amérique. Comment, dès lors, en ce lieu de mémoire, ici, à Draguignan, en cette terre provençale irriguée par le sang de ses libérateurs, oser penser que l'Amérique d'aujourd'hui ne serait plus la digne descendante de celle de 1944, de celle de 1947, de celle de 1776, telle que l'ont voulue ses pères fondateurs »

Après l'audition de la Marseillaise et de l'Hymne Américain, un moment de recueillement fut observé dans la chapelle du cimetière avant que tous les membres de la délégation n'aillent s'incliner devant chacun des carrés du cimetière saluant, notamment, la mémoire du Major Robinson, tombé lors des combats pour la libération de Six-Fours.

Le cimetière américain Rhône est ouvert au public tous les jours de 9h à 17h (sauf le 25 décembre et le 1er janvier).

Draguignan20192

scroll back to top