IMG 3330C'est dans le plus grand recueillement qu'a été organisée dimanche 16 juillet, place Marius Trotobas, père et fils, une cérémonie dans le cadre de la Journée Nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l'Etat français et d'hommage aux "Justes" de France en présence de Monsieur le Maire Robert Bénéventi, de nombreux élus du Conseil Municipal, de  Monsieur Samuel Moha, Président de la Communauté Israélite de la Seyne sur Mer, Messieurs Ruben et Benjamin Moha, Monsieur Ary Samoun, aumonier israélite marine de la base de défense de Toulon, du maître de cérémonie Jacques Thimoléon, adjoint au maire honoraire, des membres du Comité d'Entente des associations patriotiques d'Ollioules, des porte-drapeaux et  de Karla Pain maire du conseil municipal des jeunes.

Après l'audition du chant des Marais, interprété par l'ensemble polyphonique d'Ollioules, Monsieur Moha a rappelé "qu'entre 1940 et 1944, 75721 juifs de nationalité française ou étrangères, dont 8000 enfants, furent déportés depuis la France. Le bilan de cette extermination programmée est effroyable: seuls 2000 juifs parmi les déportés de France survivront à l'enfer des camps.  Il a rappelé le discours de  Madame Simone Veil en 200è lors de la cérémonie d'hommage aux Justes de France au Panthéon "Vous tous, les Justes de France auxquels nous rendonshommage aujourd'hui, vous illustrez l'honneur de notre pays qui, grâce à vous, a retrouvé le sens de la fraternité, de la justice et du courage.(...) Pour la plupart, vous étiez des Français « ordinaires ». Citadins ou ruraux, athées ou croyants, jeunes ou vieux, riches ou pauvres, vous avez hébergé ces familles, apporté réconfort aux adultes, tendresse aux enfants. Vous avez agi avec votre cœur parce que les menaces qui pesaient sur eux vous étaient insupportables. Vous avez obéi sous le coup d'une exigence non écrite qui primait toutes les autres. Vous n'avez pas cherché les honneurs. Vous n'en êtes que plus dignes. (...) Les Justes de France pensaient avoir simplementtraversé l'Histoire. En réalité, ils l'ont écrite." puis Monsieur Moha a remercié la ville d'Ollioules pour cette cérémonie sur un lieu chargé d'Histoire. Il a remercié le Maire pour ces courts instants passés ensemble qui ne peuvent laisser indifférents."

IMG 3328L'Aumonier Ary Samoun a lui  rappelé "le souvenir de famille à jamais séparées, de vies à jamais brisées. mais le souvenir aussi de tous ceux très nombreux qui n'écoutant que leur coeur et leur conscience d'homme sauvèrent des milliers de juifs promis à une triste fin. Le maréchal Foch disait " un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir"  Cependant se souvenir ne suffit pas... Il nous appartient de faire de cette cérémonie la manifestation de la solidarité durable pour tous ceux qui ont choisi de défendre une idée de l'Homme, de sa liberté et de sa dignité".

Monsieur le Maire Robert Bénéventi a indiqué dans son allocution "qu'il avait souhaité que la cérémonie ait lieu devant l'ex l'hôtel Carbonnel, devenu aujourd'hui l'espace Pierre Puget, lieu chargé d'histoire qui a connu l'installation de la Kommandantur Marine pendant la période de l'occupation. Il a évoqué le courage des nombreux résistants ollioulais et des villageois qui au-delà des différences de confessions ont su protéger leurs voisins et éviter qu'ils aillent grossir la cohorte des déportés. Il a rajouté que " l'essentiel était l'action humaniste menée par ces ollioulais courageux et généreux qui nous rappellent que le meilleur moyen de leur rendre hommage est d'être à notre tour très attaché au respect de la personne humaine. Nous leur devons de la reconnaissance et du respect car ils furent grands, de la fidélité car ils pensaient à l'avenir afin qu'il fasse bon vivre sur la terre des hommes". et un moment de recueillement a rappelé que cette cérémonie avait été instituée par la loi du 10 juillet 2000. Depuis cette date la ville d'Ollioules a toujours participé à la cérémonie. Le premier magistrat a évoqué la mémoire de Messieurs Marius Trotobas père et fils qui ont sauvé au péril de leur vie en 1943 une famille menacée de déportation." 

Après l'audition de la musique du film "la liste de Schindler" enregistré par le Quatuor Da Vinci,  une gerbe a été déposée devant la plaque portant le nom, de messieurs Trotobas père et fils,  symbole fort de  la reconnaissance à deux hommes qui sont l'honneur de la commune d'Ollioules.

IMG 3337Après un moment de recueillement et l'audition de l'hymne national la Marseillaise, ce fut le Salut aux Drapeaux.

Puis tous les participants ont partagé un moment de convivialité dans la salle Pierre Puget.

 

 

 

scroll back to top