1ceremonie270518C'est au giratoire des Médaillés Militaires qu'a eu lieu samedi 27 mai le rassemblement des autorités et des participants à la cérémonie du 75ème anniversaire de la création du Conseil National de la Résistance, sous la conduite de Monsieur Jacques Thimoléon, adjoint au maire-honoraire et maitre de cérémonie.

Monsieur le Maire Robert Bénéventi avec à ses côtés de nombreux élus du conseil municipal, Mme Quilici vice présidente du conseil départemental, M Vitel vice président du Conseil Régional, M Tognetti conseiller départemental suppléant et M Calussi, conseiller municipal représentant le maire du Beausset,  a  déposé une gerbe aux côtés de  Monsieur Gilles Aubin président des Médaillés Militaires. Le premier magistrat a rappelé que la ville a souhaité, il y a  14 ans dédier une stèle aux Médaillés Militaires et planter trois superbes oliviers symboles de paix et de sagesse pour honorer cette institution.

2ceremonie270518Puis le cortège a rejoint l'hôtel de ville pour des dépots de gerbes devant les plaques portant le nom de tous les enfants d'Ollioules morts pour la France, qui ont été mises à l'honneur dans le hall d'entrée de la maison commune. Les gerbes ont  été déposées par Monsieur le Maire, mme Quilici, les élus du Conseil Municipal des Jeunes réprésentés par le maire Baptiste Brignano et  Maéline Brignano 3ème adjointe, Madame Cathy Schmitt, présidente de l'Association Nationale des Anciens Combattants de la Résistance, Mme Callènes et sa petite fille Mathilide, en présence de tous les portes drapeaux et de nombreux  élus. .

Après un cheminement en cortège, c'est à la salle Jean Moulin, espace Pierre Puget que s'est déroulée la 3ème partie de la cérémonie. Monsieur le Maire, Madame Cathy Schmitt et Mme Callènes ont déposé un bouquet tricolore devant le portrait de Jean Moulin, Puis Monsieur le Maire a  remercié les participant, les élus du conseil municipal, les enfants du conseil municipal des jeunes, les représentants du comité d'entente des associations patriotiques et les porte-drapeaux

3ceremonie270518Après la lecture par Mme Schmitt  du message de la journée de la Résistance de l'ANACR, le Maire a rappelé que "l'espérance , la fidélité, le courage, étaient incarnés par la petite poignée d'hommes rassemblés en ce 27 mai 1943 . Espérance dans la libération de la patrie, Fidélité aux idéaux de la France. C'était les missions fixées par le Général de Gaulle à la France Libre , à la Résistance et à son Conseil National . Courage enfin , car il fallait un immense courage pour se battre a l'heure où règnait partout la peur et la délation . Il fallait aussi rassembler, rassembler toutes les sensibilités, rassembler toute la diversité de la Résistance, faire taire les divergences , les rivalités. Inlassablement, avec autorité et patience, Jean Moulin s'y est employé . La réunion du 27 mai 1943  est son oeuvre, c'est tout naturellement en ce lieu, sous son nom, que nous rendons hommage à ce haut serviteur de la République et de ses Valeurs .

4ceremonie270518L’année où l’on célèbre le 75ème anniversaire de la création du Conseil National de la Résistance, il faut se rappeler que c’est dès octobre 1941, que Jean Moulin gagne Londres et se présente au chef de la France Libre pour demander des moyens au nom des mouvements de zone Sud. Il hésite à rejoindre les Anglais ou de Gaulle. Jean Moulin choisit finalement le chef de la France Libre. Le général de Gaulle, qui connaît l'action de ce préfet hors pair, lui confie une double mission : rallier les mouvements de résistance et les unir, et créer l'Armée secrète unifiée en séparant les forces militaires des organisations politiques. Le respect et la fascination sont mutuels. Jean Moulin dira de lui à son retour "c'est un très grand bonhomme". Il est ainsi parachuté dans la nuit du 1er au 2 janvier 1942 avec des fonds pour les mouvements, et du matériel de transmission. Il obtient des chefs de mouvement allégeance à la France Libre. Devenu Rex dans la clandestinité, Jean Moulin réussit à convaincre les mouvements de rassembler leurs forces militaires au sein d'une armée clandestine unifiée que le général Delestraint accepte de mettre sur pied en septembre. 

5ceremonie270518Par lettre du général de Gaulle en date du 22 octobre 1942, Jean Moulin est nommé président du Comité de coordination qui comprend, outre le chef de l'armée clandestine, les chefs des trois grands mouvements. Entre temps, le 17, il est fait Compagnon de la Libération. A Londres, de Gaulle confie à Rex, la dure mission de créer le Conseil de la Résistance, et le nomme son seul représentant pour l'ensemble de la France. Devant quelques Compagnons, il tient à le décorer de la Croix de la Libération. Le 8 mai, de Paris, Rex peut annoncer la formation en cours de ce nouvel organisme qui fait du général de Gaulle le seul chef politique de la France au combat. Il réunit en séance plénière et inaugurale le 27 mai au 48 de la rue du Four (6è arrondissement), dans l'appartement de son ami René Corbin, les 18 participants représentant mouvements, partis et syndicats. Ils votent la motion reconnaissant le général de Gaulle comme le chef politique et le général Giraud, le chef de l'armée française.

Monsieur le Maire a poursuivi en rappelant que "Nous rendons aussi un vibrant hommage aux résistants ollioulais, qui ont su par leurs actions et leur savoir faire, participer à la libération de notre commune, et organiser ensuite la distribution des vivres et des denrées de base pendant une période très délicate juste après la libération. Il a rappelé par ces mots le souvenir de Jean Callènes qui avait souhaité que l'ANACR offre à la ville le bas relief du buste de Jean Moulin qui orne la salle communale.

Voltaire disait, une patrie est là où l'on vit heureux . C'est justement le programme du CNR qui s'intitule : LES JOURS HEUREUX . Ils ont commencé le jour de la libération de la France" .

Puis l'ensemble polyphonique d'Ollioules et les choristes placés sous la direction de Bruno Permingeat ont magnifiquement interprété les 4 chants,  le chant des partisans, le chant des marais,  la Marseillaise et l'hymne Européen. 

6ceremonie270518Le chant des partisans dont  la musique et l'interprètation sont d'Anna Marly cette femme véritable troubadour de la Résistance dont le Général De Gaulle disait : elle fit de son talent une arme pour la France.  La Marseillaise, notre hymne national connu et respecté dans le monde entier et l'Hymne européen qui n'a pas encore de paroles, mais dont le poème de Schiller apporte beauté, amour et espoir en l'humanité, dans une Europe unie dans sa diversité. Les choristes Ollioulais ont aussi interprété le Chant des Marais qui est l'hymne européen de la déportation,  un chant de détresse et pourtant de résistance, de dignité et d'espérance.

 A l'issue de la cérémonie officielle tous les participants se sont rendus dans la salle Pierre Puget pour découvrir une superbe exposition présentée par l'ANACR et intitulée "Résister ... en hommage au Conseil National de la Résistance » et qui dès les premiers panneaux plonge le visiteurs au cœur de l'Histoire de notre pays.

Dans son allocution le maire a souhaité "s'associer aux remerciements de la présidente, adressés à tous les membres du comité d'entente des associations patriotiques d'Ollioules et à Madame Brigitte Crevet conseillère municipale déléguée aux associations patriotiques, qui ont apporté leur soutien à cette exposition et qui nous aident quotidiennement à préserver le devoir de mémoire auprès des jeunes générations. À travers les panneaux et documents, c'est toute l'histoire de la Résistance qui prend vie et nous permet à nouveau de rendre hommage à tous ceux qui, le plus souvent hélas au péril de leur vie, ce sont engagés et ont combattu pour défendre la liberté de la France. Parmi eux, Marcel Boucheny dit commandant Labarre membre du réseau Brutus également appelé libération Nord. Nous avons la chance d'accueillir aujourd'hui sa fille Denise Boucheny Escoffier qui avec une grande gentillesse a accepté de mettre à notre disposition de nombreux documents et notamment son cahier de souvenirs d'enfance de 1932 à 1947. À travers votre récit Madame c'est le quotidien pendant l'occupation qui prend vie au fil de vos écrits. Je vous félicite pour votre style très vivant qui évoque de nombreux souvenirs à tous ceux qui ont connu cette période de notre histoire".


7ceremonie270518Pour la remercier de sa gentillesse le premier magistrat lui a remis un panier garni de quelques produits de notre terroir ollioulais ainsi que le livre « Ollioules cité de l'olivier » spécialement dédicacé.

La cérémonie s'est achevée par le partage du verre de l'amitié.

 

 

scroll back to top