justes2018C'est sur la place place Marius Trotobas père et fils qu'a été organisée, dimanche 22 juillet, la cérémonie dans le cadre de la Journée Nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l'Etat français et d'hommage aux "Justes" de France en présence de  Monsieur le Maire Robert Bénéventi, de nombreuses élus, du Capitaine Levasseur représentant le 519ème GTM , de MM Ruben et Benjamin Moha représentants Monsieur Samuel Moha, Président de la Communauté Israélite de la Seyne sur Mer et de l'ouest var.

Aux côtés de Monsieur le Maire Robert Bénéventi, des élus du Conseil Municipal, du maître de cérémonie Jacques Thimoléon, adjoint au maire honoraire, des membres du Comité d'Entente des associations patriotiques d'Ollioules, des porte drapeaux,   de représentants d'associations ollioulaises etde  la 2ème dauphine de Miss Ollioules Léa Femenias,  un moment de recueillement a été observé. Puis ce fut  l'audition du Chant des Marais, véritable chant de la déportation, enregistré par l'Ensemble Polyphonique d'Ollioules

2ceremoniejustes2018Dans son allocution Monsieur le Maire a rappelé que cette cérémonie avait été instituée par la loi du 10 juillet 2000. Depuis cette date la ville d'Ollioules a toujours participé à l'hommage rendu au mémorial de Toulon. En 2010 la Préfecture ayant indiqué aux communes qu'elles pouvaient organiser leur propre cérémonie, c'est tout naturellement qu'Ollioules s'est associée à cette Journée Nationale. Ila indiqué qu'il avait souhaité que la cérémonie ait lieu devant l'ex l'hôtel Carbonnel, devenu aujourd'hui l'espace Pierre Puget, lieu chargé d'histoire mais pas la plus noble de la ville et qui pendant la période trouble de l'occupation a connu l'intallation de la Kommandantur  Marine. Il a évoqué le courage des nombreux résistants ollioulais et des villageois qui au-delà des différences de confessions ont recueilli, protégé ou défendu au péril de leur vie, et sans aucune contre partie, une ou plusieurs personnes menacées de Génocide  évitant ainsi qu'ils aillent grossir la cohorte des déportés. Il a cité les gendarmes d'Ollioules qui la veille d'une interpellation ont prévenu l'épouse d'un docteur juif de la rue Gambetta de l'imminence de son arrestation. C'est un élu, démissionnaire pour cause d'occupation ennemie, Marius Trotobas, qui abritera chez lui un petit enfant juif de 6 ans, Robert Monteux, recherché par la police et qui grâce à lui aura la vie sauve. D'autre témoignages prouvent que les ollioulais, comme de nombreux français surent rendre son honneur à la commune. Il a souligné que "le meilleur moyen de leur rendre hommage était d'être à notre tour très attachés au respect de la personne humaine. Nous leur devons de la reconnaissance car ils furent grands, de la fidélité car ils pensaient à l'avenir afin qu'il fasse bon vivre sur la terre des hommes".

3ceremoniejustes2018Aux côtés de Messieurs, Moha le premier magistrat a déposé une gerbe devant la plaque de MM Trotobas père et fils. Puis M Robba représentant la député de la circonscription a déposé une gerbe avec les enfants du conseil municipal des jeunes . Après l'audition de la musique du film "la liste de Schindler" (enregistrement du quatuor Da Vinci lors d'un concert au Château de Montauban), un moment de recueillement a été observé avant que les participants n'entonnent une vibrante Marseillaise. Puis tous ont salué les drapeaux.

4ceremoniejustes2018

scroll back to top