cere2705211 

C'est au giratoire des Médaillés Militaires, et en comité restreint pour suivre les consignes préfectorales, qu'a débuté ce 27 mai la cérémonie du 78ème anniversaire de la création du Conseil National de la Résistance, sous la présidence du maire Robert Bénéventi avec à ses côtés Laetitia Quilici vice présidente du conseil départemental, Michel Thuilier, adjoint délégué à la sécurité, Nicole Bernardini,adjointe aux affaires sociales, Dominique Righi, adjoint aux festivités, Delphine Grosso, adjointe au centre-ville, Brigitte Crevet, conseillère municipale déléguée aux associations patriotiques, Gilles Aubin, président des Médaillés Militaires et son porte-drapeau, Catherine Schmitt présidente de l'ANACR, comité d'Ollioules et de son porte-drapeau et Gaspard Robillard 1er adjoint du Conseil Municipal des Jeunes.

Après un dépôt de gerbes et un moment de recueillement, les participants ont rejoint l'hôtel de ville pour fleurir et s'incliner devant les plaques des enfants d'Ollioules morts pour la France. La cérémonie s'est achevée à la salle Jean Moulin devant le buste en relief du martyr de la résistance, pour un dépôt de bouquets de fleurs. Mme Crevet a lu le message de Geneviève Darrieussecq, secrétaire d'Etat auprès de la ministre des Armées puis Mme Schmitt a rappelé le sacrifice des résistants Ollioulais qui ont lutté pour la liberté de la commune.

Le maire dans son discours a évoqué "l'espérance , la fidélité, le courage,  qui étaient incarnés par la petite poignée d'hommes rassemblés en ce 27 mai 1943 . Espérance dans la libération de la patrie, Fidélité aux idéaux de la France. C'était les missions fixées par le Général de Gaulle à la France Libre , à la Résistance et à son Conseil National . Courage enfin , car il fallait un immense courage pour se battre à l'heure où régnait partout la peur et la délation . Il fallait aussi rassembler, rassembler toutes les sensibilités, rassembler toute la diversité de la Résistance, faire taire les divergences , les rivalités. Inlassablement, avec autorité et patience, Jean Moulin s'y est employé . La réunion du 27 mai 1943 est son oeuvre, c'est tout naturellement en ce lieu, sous son nom, que nous rendons hommage à ce haut serviteur de la République et de ses Valeurs .

 L'année où l'on célèbre le 78ème anniversaire de la création du Conseil National de la Résistance, il faut se rappeler que c'est dès octobre 1941, que Jean Moulin gagne Londres et se présente au chef de la France Libre pour demander des moyens au nom des mouvements de zone Sud. Il hésite à rejoindre les Anglais ou de Gaulle. Jean Moulin choisit finalement le chef de la France Libre. Le général de Gaulle, qui connaît l'action de ce préfet hors pair, lui confie une double mission : rallier les mouvements de résistance et les unir, et créer l'Armée secrète unifiée en séparant les forces militaires des organisations politiques. Le respect et la fascination sont mutuels. Jean Moulin dira de lui à son retour "c'est un très grand bonhomme". Il est ainsi parachuté dans la nuit du 1er au 2 janvier 1942 avec des fonds pour les mouvements, et du matériel de transmission. Il obtient des chefs de mouvement allégeance à la France Libre. Devenu Rex dans la clandestinité, Jean Moulin réussit à convaincre les mouvements de rassembler leurs forces militaires au sein d'une armée clandestine unifiée que le général Delestraint accepte de mettre sur pied en septembre.

Par lettre du général de Gaulle en date du 22 octobre 1942, Jean Moulin est nommé président du Comité de coordination qui comprend, outre le chef de l'armée clandestine, les chefs des trois grands mouvements. Entre temps, le 17, il est fait Compagnon de la Libération. A Londres, de Gaulle confie à Rex, la dure mission de créer le Conseil de la Résistance, et le nomme son seul représentant pour l'ensemble de la France. Devant quelques Compagnons, il tient à le décorer de la Croix de la Libération. Le 8 mai, de Paris, Rex peut annoncer la formation en cours de ce nouvel organisme qui fait du général de Gaulle le seul chef politique de la France au combat. Il réunit en séance plénière et inaugurale le 27 mai au 48 de la rue du Four (6è arrondissement), dans l'appartement de son ami René Corbin, les 18 participants représentant mouvements, partis et syndicats. Ils votent la motion reconnaissant le général de Gaulle comme le chef politique et le général Giraud, le chef de l'armée française.

Monsieur le Maire a poursuivi en rappelant que "Nous rendons aussi un vibrant hommage aux résistants ollioulais, qui ont su par leurs actions et leur savoir faire, participer à la libération de notre commune, et organiser ensuite la distribution des vivres et des denrées de base pendant une période très délicate juste après la libération. Il a rappelé par ces mots le souvenir de Jean Callènes qui avait souhaité que l'ANACR offre à la ville le bas relief du buste de Jean Moulin qui orne la salle communale.

Voltaire disait, une patrie est là où l'on vit heureux . C'est justement le programme du CNR qui s'intitule : LES JOURS HEUREUX . Ils ont commencé le jour de la libération de la France" .

La cérémonie ne pouvant accueillir ni les enfants des écoles, ni l'ensemble polyphonique d'Ollioules, le service communication  avait réalisé un montage vidéo avec les photographies des cérémonie de 2002 à 2020, avec en accompagnement les enregistrements  du chant des partisans, du chant des marais , de l'Hymne Européen, et de la Marseillaise, par les élèves de primaire et l'ensemble polyphonique, un grand moment d'émotion !

cere2705212 1

 

 cere2705212 2

cere2705212 3

cere2705212 5

 

 

 

scroll back to top