Jardinage et compostage, les secrets d’une nature préservée

C’est une matinée au grand air, au milieu des jardins familiaux, qui a été proposée aux affectataires des 25 parcelles situées au quartier de la Gare. Une belle occasion pour le maire Robert Bénéventi et les élus de remettre les clés des 8 nouvelles parcelles réalisées dans le même périmètre

Aux côtés de Nicole Bernardini, adjointe aux affaires sociales et Christiane Boccaletti, directrice de Centre Communal d’Action Sociale de la ville, le maire a encouragé les nouveaux jardiniers à profiter de tous les M² mis à leur disposition pour une véritable culture vivrière.


Dans le même temps le service espaces verts, sous la conduite de Bruno Lerda et de Julien Rocchia conseiller municipal délégué à l’environnement, ont proposé aux affectataires des parcelles une petite séance d’information sur l’irrigation contrôlée tandis qu’Isabelle Pertois du domaine L’Enregado a initié les jardinières et les jardiniers à la culture raisonnée avec les auxiliaires de culture permettant de lutter contre les maladies et ravageurs.


Puis aux côtés du président du Cil La Gare les Côtes du Plan Thierry Saïas et de Laetitia Quilici, adjointe déléguée aux CIL/ ASL et vie des quartiers, le maire a inauguré le premier composteur partagé, posé en partenariat avec le SITTOMAT.
Comme l’a souligné la responsable de la communication Isabelle Troin, « plus que jamais le Sittomat est engagé dans l’alternative de la valorisation matière avec le compostage. Dans un premier temps le compostage individuel a été favorisé par la distribution de plus de 65 000 composteurs pour les habitants des 26 communes adhérentes au SITTOMAT. Aujourd’hui c’est le compostage partagé qui est mis à l’honneur ».

La ville d’Ollioules a souhaité l’installer à l’entrée des jardin familiaux, route de la Gare afin qu’il puisse être utilisé par les riverains du quartier et les affectataires de parcelles.
3 possesseurs de parcelles, Guy Corda, Anthony Agea et Joseph Kajindu Makofia, ainsi que le président Saïas seront les référents pour l’utilisation de ce composteur. Ils seront épaulés par Théo Rochez et David Raffini, des Alchimistes Var qui gèrent la collecte et le compostage des biodéchets alimentaires sur ses plateformes micro-industrielles varoises.
La ville va continuer cette opération en proposant la mise en place de composteurs partagés dans d’autres quartiers.

Le fonctionnement du composteur partagé
La période optimale de compostage s’étend du printemps jusqu’aux premiers grands froids. En hiver, le processus de décomposition est très ralenti ; il est cependant nécessaire d’alimenter le composteur avec des déchets afin de préserver la vie des micro-organismes et des micro-organismes (cloportes, lombrics) vivant dans le composteur. Dans son fonctionnement normal, le compost doit être tiède.
Le compost jeune, de trois à six mois, peut être étendu en surface, autour des arbres, entre les cultures. Vous pourrez l’intégrer au sol deux ou trois mois plus tard. Le compost mûr, de six à douze mois, est quant à lui un terreau meuble brun foncé ou noir. Il peut s’utiliser aussi bien au potager, pour les plantes, les arbres et même en mélange pour le rempotage.

Les règles à suivre pour obtenir un bon compost
1 Au démarrage, avec vos déchets, un peu de compost pour l’ensemencer en micros et macro-organismes. La première couche sera de préférence aérée (paille, fins branchages) afin d’améliorer la circulation d’air.
2 Broyer ou réduire les gros éléments afin de multiplier les surfaces d’attaque pour les micro-organismes.
3 Mélanger les déchets, éviter les couches homogènes épaisses.
4 Remuer de temps en temps, porter une attention particulière au gazon : le mélanger au reste, éviter les couches de plus de 5 cm. Éventuellement, le stocker deux jours pour lui faire perdre son humidité et son acidité.
5 Le compost doit être humide mais jamais mouillé. En été, s’il est sec, rajouter un peu d’eau.
6 Ajouter de temps en temps de la matière sèche (broyat, feuilles d’automne, brindilles…). Celle-ci neutralise l’acidité créée par la fermentation. Vous pouvez également ajouter des activateurs naturels (orties, pissenlits…).

Il ne faut surtout pas déposer dans le composteur partagé :
• Plantes malades
• Viande et os
• Poisson et arêtes
• Huîtres, moules
• Produits laitiers
• Huiles
• Déjections
• Tout ce qui n’est pas de la matière organique (plastique, mégots, barquette aluminium, polystyrène).

INSCRIVEZ-VOUS
à notre lettre d'informations,
pour recevoir l'actualité d'Ollioules qui vous intéresse.

A ne pas manquer !