Fontaines Ollioulaises

La fontaine St Laurent (place Victor Clément) :

 Une fontaine est attestée sur la place dès le XVIème siècle. Le bassin, d’abord hexagonal, transformé en bassin octogonal au XVIIIème siècle. La partie centrale sculptée fût quant à elle commandée par la ville en 1699 ; reprenant la structure des fontaines de la Renaissance. Elle y applique un décor baroque provençal à mascarons grotesques reliés par de lourdes guirlandes de fleurs, godrons, coquilles et feuilles d’acanthes. Elle était à l’origine surmontée d’une statue de St Laurent, brisée à la Révolution et remplacée par un globe. C’est actuellement la plus ancienne fontaine de la ville, la seule qui soit antérieure à la Révolution.

La Fontaine du Rentier (1861, avenue Barthélémy Dagnan) :

 Cette fontaine est la plus récente d’Ollioules. Au début du XXe siècle on lui avait adjoint un petit lavoir. Son appellation fait référence à une fontaine aujourd’hui disparue située plus haut dans la rue du même nom. Le rentier représentait le seigneur sous l’Ancien Régime, et était chargé de collecter les impôts pour ce dernier.

 Les deux fontaines abreuvoirs (place Jean-Jaurès) :

 Au nord, le long de la route nationale à l’emplacement de la fontaine actuelle, l’abreuvoir (« abéuradou ») a disparu. Au sud, où il se trouve encore aujourd’hui l’abreuvoir comme son nom l’indique servait à faire boire les bêtes. La Fontaine de la rue nationale (1851), a remplacé l’abreuvoir mis en place en 1806

La fontaine dite du Septem (place Trotobas)

 Cette fontaine, construite en 1828 pour alimenter en eau le faubourg du Septem a fait l’objet de projets dès l’époque de l’Empire. Le bassin circulaire provient d’une ancienne fontaine qui se trouvait à l’origine sur la place Jean Jaurès. Le nom de « Septem », dérivé de septime, rappelle l’impôt du même nom qui était perçu sur cette place. Voir sur le mur du poste de police municipale, le panneau sur le faubourg du Septem, première extension de la cité.

La fontaine du Faubourg (avenue Georges Clémenceau) :

Sorti de ses murailles médiévales le village s’agrandit et se déplace sur la rive gauche de la Reppe, la fontaine du Septem se trouve trop loin du Faubourg, il faut « amener les eaux à ce point le plus bas de la ville » Cette fontaine sera restaurée et améliorée en 1890 et baptisée : fontaine du Faubourg.

La fontaine du Couvent des Observantins :

 Situé en bord de Reppe, dans le jardin aménagé du couvent, cet espace culturel chargé d’histoires a été parfaitement restauré. Une fontaine se trouve au milieu de la place entourée d’oliviers.

Service Archives et Patrimoine, Vie des Quartiers
1217 avenue Jean Monnet
83190 Ollioules
Fax:04.94.63.78.93